Category: Education

Education numérique (suite)

Quelques liens à lire dans mon navigateur:

VD: Journée du numérique 2017

J’ai participé samedi passé à la 1ère journée du numérique: « Education numérique : quels enjeux pour l’école vaudoise ? ». Pour rappel Mme Amarelle (et le conseil d’Etat) a, dans le programme de la nouvelle législature 2017-2022, fait du numérique une priorité: “Accompagner la transition numérique de la société. Développer l’éducation numérique et la culture générale de la numérisation dans l’ensemble du système de formation.”.
Cette conférence était donc la 1ère initiative pour soutenir ce programme et devrait être suivie d’autres événements. Un document de travail a été transmis à mes collègues mais voici quelques apprentissages:

  • Cette journée était une première étape vers l’éducation numérique mais aucun programme pour la suite n’a été communiqué. Si le seul objectif était de signaler le lancement de cette nouvelle politique, la journée était réussie. Il faut construire sur ce premier événement, et rapidement,…
  • Il est impossible d’aller contre la transition numérique, c’est une réalité à laquelle il faut faire face et qu’il faut accompagner, cadrer. Il y a une volonté au niveau du DFJC de se donner les moyens.
  • Il faut dissocier l’éducation AU numérique, à l’éducation PAR le numérique. Les deux sont aussi importants l’un que l’autre.
  • Les podcasts des présentations du matin sont disponibles sur radiosbus.fm. Toutes les interventions étaient pertinentes, mais si le temps manque, la présentation de M. Ceci sur la pédagogie à l’ère du numérique est fortement recommandée, puis celle de M. Eperon qui propose une approche plus globale de la problématique du numérique dans notre société.

Autres sources d’informations sur cette journée:

No hands up…

No Hands Up is actually a simplification. Generally speaking, it is about a changed classroom dynamic in which the teacher poses questions to the whole class rather than to individuals. One a question is set, children have time to think through their answers and/or discuss their ideas with a partner. Once that thinking time is over, every single child has no excuse for having nothing to share. The teacher can select any child, and everybody can – at least – rehash what they discussed with their partner. A good teacher can then weave their ideas into a learning narrative.
Finally, crucially, No Hands Up refers only to children’s answering, children raise their hands whenever they like to ask questions.

Source: How “No hands up” works
Video on YouTube